Sur les rives du Bosphore

Nouvelle Rome, Constantinople, Istanbul

Istanbul a été construite par les Megarans près de la ville de Sarayburnu en 658 av. Le nom Bizans (ou Byzance) vient du nom du roi Bizas. La ville de Bisans, construite sur une seule colline après la conquête de l'empereur Constantin, a été reconstruite et étendue sur sept collines. La ville entourée de murailles fortifiées devint le centre de l'Empire romain d'Orient et fut connue sous le nom de Constantinople ou Nouvelle Rome. En 1453, il fut conquis par le sultan Fatih Mehmed, renommé Istanbul, et resta jusqu'en 1923 le centre de l'empire ottoman. Istanbul, avec une population de 13 millions d'habitants, s'étendant d'ouest en est sur 70 kilomètres, est située sur deux continents et est à juste titre considérée comme l'une des plus belles villes du monde. Les continents sont partagés par le détroit du Bosphore, qui a acquis une renommée mondiale.

Istanbul a été la capitale de deux empires et un centre pour le développement de la science et des arts pendant de nombreux siècles. La période particulière à partir de laquelle débuta la nouvelle ère d'Istanbul débuta en 470 ans (1453-1923) sous le règne des sultans ottomans.

Depuis 1453, des mosquées, des palais, des bains turcs et des fontaines ont commencé à être construits dans la nouvelle capitale de l'empire. Au seizième siècle, l'empire ottoman atteint son apogée de puissance et de prospérité. Elle occupait le plus vaste territoire de tous les temps, allant de la Perse à l'est à Vienne à l'ouest et de l'Afrique du Nord au sud à la Russie au nord. Le plus puissant sultan de cette époque était Suleiman le Magnifique, qui a été au pouvoir pendant 46 ans (1520 - 1566). Par une heureuse coïncidence, le plus célèbre architecte de l'empire Sinan, qui a créé plus de trois cent chefs-d'œuvre architecturaux, a vécu précisément pendant le règne de Suleyman. Suleiman a été succédé par Selim II, fils de la femme du sultan Roksolana, de nationalité ukrainienne. Selim a eu la chance d'hériter d'un empire bien organisé dans lequel les sciences et les arts ont prospéré.

Palais de Topkapi

Le palais de Topkapi est un monument grandiose de l'apogée de l'empire ottoman et de l'architecture civile turque, complexe constitué de cours, de pavillons, de mosquées et de fontaines. La première cour est l'entrée principale du palais. La seconde cour est la porte des saluts. Six chemins s'ouvrent ici. Les deux premières routes mènent aux cuisines du palais.

La troisième route est à la porte du bonheur. La quatrième mènera au Sofa (Chambre des Conseils). La cinquième voie est au harem. La route à gauche est dans les écuries du sultan.

Aujourd'hui, une riche collection de porcelaines chinoises et japonaises est exposée dans la cuisine. Cette collection est la troisième parmi les plus riches au monde après les collections de Beijing et de Dresde et comprend 10 700 pièces rares et précieuses. Des armes turques, arabes et persanes sont exposées dans l’un des bâtiments les plus anciens du palais. Les écuries du sultan sont dotées de chariots coûteux et d'un harnais. Une collection de vêtements impériaux est exposée à la page de l’école - de somptueuses robes de sultan en soie, satin et brocart.

Derrière les portes du bonheur, il y a une salle d'audience où le sultan, assis sur un trône en or avec des émeraudes, a reçu des invités et des ambassadeurs étrangers. La fontaine, construite à l'entrée, permettait au chef de l'empire de mener des négociations secrètes sans crainte d'espionnage, le murmure d'eau noyant les sons d'une voix humaine.

Pendant le règne des fils de Suleiman et de Roksolana Selim II, le palais d'été fut transformé en trésor. Maintenant, quatre de ses pièces présentent des bijoux uniques appartenant aux sultans. Dans la première salle sont décorées de pierres précieuses des épées et des dagues en or, des narguilés en cristal, des services à café et des gobelets coûteux. Les statuettes d'un esclave noir et d'un cheikh assis sur un trône méritent une attention particulière - les jambes de l'esclave et le corps du cheikh sont faits de perles énormes, rares et magnifiques.

Les fenêtres présentent les armes magnifiques du sultan, le trône en ivoire incrusté et en nacre, une canne unique à pointe de diamant, offerte par l’empereur allemand II au sultan Abdul Hamid II, un modèle en or du palais chinois et une boîte à musique indienne avec un éléphant en or.

Dans la seconde salle se trouve le trône du sultan Ahmed Ier en noyer. Il y a aussi un magnifique turban avec des pierres précieuses - diamants et rubis, des produits de jade, si vénérés à l'est, un berceau d'or pour les princes nouveau-nés. Il abrite également le célèbre poignard du film "Topkapi". Sa garde en or est ornée de trois grosses émeraudes. La plus grande émeraude du monde, pesant 3260 grammes, et une autre pesant 1310 grammes, y sont également exposées.

La troisième salle abrite le troisième plus gros diamant du monde, appelé "Spoon Diamond", pesant 86 carats. Il est serti en argent et entouré de 49 diamants plus petits. Au 18ème siècle, un fonctionnaire français du nom de Pigot a acheté ce diamant à un maharaja indien et l'a apporté en France. Ensuite, lors de la vente aux enchères, il a été acheté par la mère de Napoléon. Cependant, elle dut bientôt vendre la pierre pour sauver son fils de l'exil. Le diamant a été acquis par le grand vizir Ali Pasha. La preuve de l'authenticité de la transaction est le portrait d'Ali Pacha avec un diamant sur un turban. Deux lustres en or sont également exposés, pesant chacun 48 kg et décorés de 6666 diamants.

Dans la quatrième salle se trouve un trône doré turco-indien, incrusté de perles et d'émeraudes, offert par le persan Shah Nadir. Ici sont stockés les os de la main de Jean-Baptiste dans un cadre en or. La collection de montres de Turquie, d'Angleterre et de France est d'un grand intérêt.

Dans le bâtiment le plus ancien à dômes, sont conservées les reliques islamiques sacrées et les vestiges personnels du prophète Mahomet: empreinte de son pied, cachet d’ambre, une de ses lettres les plus anciennes, exécutée sur la peau d’une gazelle et une boîte dans laquelle une mèche de poils de sa barbe et une motte de terre sa tombe. Un fragment de la porte de la Kaaba à La Mecque, une clé en argent de cette porte, un modèle en nacre de la mosquée Umar de Jérusalem, une partie du placage d’or des pierres sacrées de Najer et Esveda de la Kaaba sont également exposés. En outre, le trône en argent du prophète Mahomet a été installé dans la salle, son arc et son épée en or sont conservés. Les dirigeants de l'Empire ottoman visitaient cette salle sacrée une fois par an le 15e jour du Ramadan.

Harem et la cage d'or

Le mot "harem" est d'origine arabe et provient du "haram" modifié (péché, interdit). Les Turcs l'appellent Darussade, ce qui signifie "maison du bonheur".

La polygamie est apparue pour la première fois chez les Assyriens, puis a été adoptée par les musulmans, qui ont été autorisés à avoir jusqu'à quatre épouses. Avant l'adoption de l'islam, les Turcs ne connaissaient pas les mariages polygames. Au 10ème siècle, avec l'adoption de l'islam, les Turcs ont adopté la tradition de garder des harems, qui était répandu pendant la dynastie ottomane et était interdite par Ataturk en 1926. Comme les sultans n’avaient pas beaucoup de temps pour leur vie personnelle à cause des guerres incessantes, jusqu’au seizième siècle, lorsque le sultan Suleiman I est monté sur le trône, les harems étaient petits. La religion permettait aux hommes d'avoir quatre femmes. Cette loi était le résultat de guerres, car il était nécessaire de fournir un grand nombre de veuves et l'armée avait constamment besoin de nouvelles recrues.

Jusqu'au 16ème siècle, le harem du sultan était situé dans le kiosque en mosaïque de l'ancien palais. Le kiosque a été construit en 1472 par le sultan Mehmed II, le conquérant du divertissement. En 1453, lors de la conquête d'Istanbul par Mehmed II, il construisit son premier palais sur l'emplacement de l'université d'Istanbul et de la mosquée Suleyman. Mais, comme le palais était trop petit, en 1459, le sultan décida de construire le palais de Topkapi. Plus tard, au 16ème siècle, un harem a été ajouté au nouveau palais. Le palais fut la résidence officielle des sultans ottomans jusqu'en 1839, date à laquelle Abdul Mehmed Ier s'installa dans le nouveau palais de Dolmabahçe.

À l'âge d'or de l'empire, environ 4 000 personnes vivaient à Topkapi. L'ensemble du complexe comprenait quatre grandes cours et un harem. Il couvre une superficie de 700 000 mètres carrés. Le nom "Topkapi" signifie "Cannon Gate". Le palais est entouré de murailles reliant la partie byzantine sur les rives de la Corne d'Or et les remparts de la mer de Marmara. À un moment donné, Roksolana, l'épouse ukrainienne du sultan Suleiman le Magnifique, a persuadé son mari de lui permettre de s'installer dans un nouveau palais avec ses esclaves et ses eunuques. Ensuite, de nouvelles salles ont été construites dans le palais - les chambres du sultan et de sa mère, et le harem s'est transformé en un vaste complexe composé de 400 chambres. Le transfert des dynasties des sultans et de leurs familles dans le palais a renforcé le rôle dominant des épouses padishah dans la vie du harem et dans l'administration de l'État.

Les bâtiments qui ont survécu jusqu'à nos jours remontent à 16-18 siècles. Depuis 1971, une partie du complexe est mise à la disposition des touristes et des visiteurs du musée. Début de l'examen - un endroit qui s'appelait auparavant le "harem de la porte d'entrée".

Le harem était un monde interdit pour les regards indiscrets. L'exception était le padish et sa famille immédiate et ses proches collaborateurs. L'accès n'était ouvert ici que pour les représentants de trois professions: médecins, professeurs de princes et musiciens. Les non-musulmans ne pouvaient même pas rêver d'entrer dans le harem. Outre les épouses et la mère du sultan, de jeunes princes, futurs héritiers du trône, vivaient dans le harem. Slaves-jaraye a acheté les sultans en tant que serviteurs et a parfois juste donné. Les sultans ont fait ceux qu'ils aimaient leurs concubines, qu'ils ont appelé "ukvay". Chaque concubine avait ses propres chambres, esclaves et eunuques. Certaines concubines sont devenues les épouses légales des sultans. Cette femme, qui avait le premier fils du sultan, a été nommée par sa première femme. La femme que le sultan aimait particulièrement s'appelait sa femme bien-aimée. Certains d'entre eux, par exemple l'épouse ukrainienne du sultan Suleiman Roksolan, ont laissé leur marque dans l'histoire. En dépit du fait que son premier-né était considéré comme le successeur du sultan, en fait, le pays était dirigé par des épouses et des concubines.

De nombreux habitants du harem, femmes de Padishah, concubines, servantes sont venus du marché aux esclaves ou en offrande au sultan. Ces femmes ont accepté la foi musulmane. Les esclaves amenés à Istanbul de différentes parties du monde, bien qu'ils se distinguent par leur beauté incomparable et présentés aux padishah des héritiers, vivaient dans le luxe et la pompe des palais, qui s'apparentaient à l'emprisonnement. Par conséquent, leur affection pour les padishis et la dynastie ottomane ne pouvait être ni durable ni durable.

Depuis que le sultanat a été hérité de la dynastie Osman par le fils aîné, le plus grand rêve des concubines et du sultan du harem a été considéré comme la naissance de l'héritier du trône. Ce n'est que de cette manière que leur avenir et leur vieillesse assurée sont garantis. D'autre part, entre les chouchous du padishah et la maîtresse du harem, la mère du sultan était en conflit fiévreux. La sultane-mère (Valide-Sultan) connaissait impérieusement toutes les affaires du harem. Dans les locaux du harem, on lui a attribué plus de 40 chambres et un grand nombre de sbires.

Dans le harem du palais, les serviteurs du padishah étaient des concubines, ainsi que des bébés de sexe féminin issus des campagnes d'agression. Sans aucun doute, les noms et la foi de toutes ces femmes et filles ont changé. Les femmes qui donnaient naissance à des enfants, épouses des padishahs, avaient le droit de recevoir une chambre séparée dans le harem, les autres continuaient leur vie dans le harem, servant les autres et obéissant inlassablement aux ordres du padishah, ou épousant de riches dignitaires du plus haut rang, après quoi elles avaient acquis une vie libre.

Le harem, d'une superficie de 6 700 mètres carrés, comptait environ trois mille chambres, quarante-six toilettes, huit bains turcs, quatre cuisines, deux mosquées, six entrepôts pour les produits alimentaires Kalyar, une piscine et un hôpital.

Le chef des eunuques noirs - "le seigneur des filles" était une personne spéciale proche du sultan et la troisième personne influente dans l'État après le padishah et la mère Sultana. Les eunuques noircis étaient des nègres noircis. Après la castration forcée, seule une petite partie de ces personnes a survécu en raison de la perte de sang et des conditions insalubres dans lesquelles l'opération a été menée. Seuls les Noirs d'ascendance africaine ont été admis au poste d'eunuque noir, ce qui a permis de renforcer le contrôle vigilant du harem. Les eunuques noirs, empiétant sur leur position, deviennent le centre des intrigues de palais.

Afin de mettre fin au conflit fraternel, sous le décret du sultan Atih le Conquérant, l'assassinat des frères Padishah et de leurs héritiers était légalisé. Par la suite, la tradition consistant à tuer les frères padishah a été oubliée. Si le padishah mourait de bonne heure sans devenir père, ses frères et ses neveux étaient confinés au harem, appelé "cage dorée". Certains padishahs ont été victimes d'intrigues de palais.

Vous pouvez toujours parler des mœurs qui régnaient dans les murs des harems du sultan. Cependant, cette partie du voyage en Turquie a pris fin. En attendant de nous revoir.

Regarde la vidéo: #Turquie #Istanbul les Yalis et Palais des rives du #Bosphore (Février 2020).